Médiation Familiale: Parents d'abord et avant tout le reste.

Médiation Familiale:   Parents d'abord et avant tout le reste.

QUESTIONS sur la médiation

 

Y a t il des moments plus appropriés que d’autre pour entreprendre une démarche en médiation familiale?

 

Le moment considéré comme le plus approprié, c’est généralement lorsque les conjoints prennent la décision de se séparer. Toutefois, cette médiation peut être entreprise en tout temps, même si la rupture est déjà effective depuis de nombreux mois, sinon années. Comme les effets d’une rupture se font souvent sentir dans l’année qui suit celle-ci, les décisions importantes doivent être prises le plus rapidement possible. Les bonnes décisions donnent des résultats satisfaisants. Les mauvaises se révèlent toujours trop coûteuses, et ce, à tous les niveaux.

Puis-je rencontrer le médiateur seul?

 

Dans certains cas, oui. D’ailleurs c’est parfois fort utile pour débloquer une impasse ou rassurer une personne insécure. Dans certains cas, les effets de la présence de l’autre empêche la progression du dossier. Pourquoi étirer inutilement une situation inconfortable? Certaines rencontres individuelles sont parfois essentielles pour la compréhension de certains thèmes abordés afin que la personne reçoive de l’information plus spécifique. Une des deux personnes dans le couple dispose parfois de meilleures connaissances que l’autre. Il faut viser l’équilibre des forces de négociation et non pas en favoriser les écarts.

Comment savoir si nous pouvons réussir le processus de médiation familiale?

 

Avez vous la volonté de parvenir à une entente? Votre réponse déterminera votre taux de réussite en médiation familiale. La médiation règle environ 80% des dossiers. Et, si vous y faites appel, c’est probablement que la contestation ne vous convient pas. Dans de telles conditions, vos chances sont encore meilleures.

Deux mots-clés reviennent toujours pour la médiation c'est AUTONOMIE et SENS DES RESPONSABILITÉS.  Ces aspects sont la pierre angulaire d'une médiation réussie et aussi les conditions essentielles pour assumer le processus de médiation.

Que faut-il éviter en médiation?

 

Comme la médiation fait souvent suite à une mésentente définitive, la principale embûche consiste à vouloir avoir raison sur tout. Entre les deux attitudes suivantes: "Avoir raison à tout prix" ou "Être bien", vous devrez en privilégier une .  

Attention : De vos décisions découleront des effets directs sur vos enfants et sur votre entourage. Vos souffrances accumulées ne trouveront pas rédemption ni dans la médiation familiale ni au tribunal. Malheureusement, votre colère et votre ressentiment, bien que souvent justifiées, ne peuvent se monnayer d’aucune façon.

Qui décide lors de mésententes?

 

En médiation familiale, vous deux seulement. Si vous n’y parvenez pas, le juge décidera à votre place. Le médiateur, dans le processus de médiation familiale, ne prendra aucune décision à votre place. Le médiateur vous donnera l’information nécessaire pour prendre votre décision, mais celle-ci vous appartient entièrement. L’information devient essentielle afin que vous ne vous retrouviez pas éventuellement dans la situation de vous dire : « avoir su… »!

Comment savoir si l’autre dit la vérité?

 

Il est difficile pour les conjoints ayant vécus ensemble de mentir sur certains faits connus de l’autre. Chacun doit produire les documents attestant la véracité des affirmations qu’il avance. Si votre historique comporte plusieurs années de gains non déclarés, il y aura forcément des conséquences directes puisque vous devrez mutuellement prouver ces fraudes en plus d’en assumer les conséquences. Pour la majorité des situations, les pièces justificatives limitent beaucoup les « désinformations » de bonne foi qui pourraient survenir. (ex : rapport d’impôt, états des REER, états des placements, état actuariel des fonds de pension, valeur municipale de la résidence, etc…)

 

QUI   offre les services de médiation:

 

Plusieurs professionnels d'expérience peuvent intervenir au sein du Centre de médiation familiale en fonction des situations rencontrées ou de l’étape concernée.

Y travaillent conjointement, travailleuse sociale, avocate, notaire et conseillère en orientation professionnelle, sexologue, thérapeute conjugal.

Bien outillés et à la fine pointe des connaissances qui évoluent rapidement dans ce domaine, les médiateurs vous aident à prendre des décisions éclairées, tout en vous faisant économiser temps, argent et énergie.


Pourquoi la médiation?